Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /

définitions du forçage radiatif, des rétroactions et de la sensibilité climatiques.

 

 

 

Ces définitions sont les traductions, aussi fidèles que possible, des définitions données dans le glossaire de l'AR4, légèrement modifiées dans le cas de la sensibilité climatique transitoire à l'aide de la définition de cette dernière dans le chapitre 8 de ce même rapport.

 

les mots en italique sont des commentaires personnels.

 

 

 

 


forçage radiatif (RF): changement dans l'irradiance (exprimée en W/m2) nette, descendante moins montante, à la tropopause, due à une variation d'un acteur externe de changement climatique, tel que, par exemple, une modification de la concentration en dioxyde de carbone (CO2) ou de l'irradiance solaire.

 

 

Le forçage radiatif est calculé avec toutes les propriétés de la troposphère fixées à leurs valeurs non perturbées, et après prise en compte, si perturbées, des températures de la stratosphère, pour se réajuster à son équilibre radiatif et dynamique.(exemple: si on introduit du CO2 dans l'atmosphère, donc dans la troposphère et dans la stratosphère, léquilibre radiatif et dynamique de cette dernière est perturbé, ce qui modifie le forçage radiatif au niveau de la tropopause). Ce RF est dit "ajusté à la stratosphère".

 

 

Le RF est dit "instantané" si on ne tient pas compte du changement de température de la stratosphère.

 

 

Dans le rapport AR4, le RF est défini comme le changement relatif à l'année 1750 et à moins que spécifié, se réfère à une valeur annuelle et globale.

 

 

Le RF ne doit pas être confondu avec le forçage radiatif des nuages (CRF), un terme similaire pour décrire une mesure non liée à la précédente, de l'impact des nuages sur l'irradiance au sommet de l'atmosphère.

 

 

 

 

 

rétroaction climatique: une interaction, entre processus dans le système climatique, est appelée une rétroaction climatique lorsque le résultat d'un processus initial déclenche des changements dans un second processus qui en retour influence le processus initial.

Une rétroaction positive intensifie le processus original, et une rétroaction négative le réduit.

 

Il est important de bien identifier les processus

 

 

 

 

 

sensibilité climatique: dans les rapports du GIEC, la sensibilité climatique à l'équilibre, se réfère au changement de température annuelle moyenne globale, à l'équilibre, à la suite d'un doublement de la teneur en équivalent-CO2.

Suite à des contraintes de calcul, la sensibilité climatique à l'équilibre est estimée habituellement en utilisant un modèle de circulation atmosphérique générale, couplé à un modèle océanique à couche mélangée, car la sensibilité à l'équilibre est largement dominée par les processus atmosphériques.

Des modèles performants peuvent tourner en exploitant la dynamique de l'océan.

La sensibilité climatique effective, mesure reliée à la sensibilité climatique à l'équilibre, contourne l'obtention de l'équilibre. Elle est évaluée par des modèles pour des conditions évolutives non équilibrées. Elle est une mesure de la force des rétroactions climatiques à une époque donnée et peut varier avec l'historique du forçage et de l'état du climat.

 

 

Le paramètre de sensibilité climatique (unités: °C (W.m-2)-1) est égal au changement de la température moyenne globale, à l'équilibre, suivant un changement d'une unité de forçage radiatif.

 


La réponse climatique transitoire (TCR) est le changement de température moyenne globale, moyennée sur une période de 20 ans, centrée sur l'année du doublement de la concentration en CO2 dans un scénario d'augmentation de 1%/an.


 

nota: le paramètre de sensibilité climatique est souvent assimilé à la sensibilité climatique.

Les unités utilisées permettent de différencier ces deux notions.

 

 

 

 

 

composants du changement climatique

 

 

 

 

Ci-dessous le diagramme extrait de AR4 ch2 IPCC décrivant le processus liant les activités humaines et les influences naturelles (losanges roses de gauche) aux paramètres influençant le climat (exemple CO2, Irradiance solaire, aérosols,...  dans le rectangle orange), eux-mêmes à l'origine de forçages radiatifs ou d'effets non initialement radiatifs (losanges mauves), provoquant une perturbation climatique caractérisée par une réponse du système (par exemple variation de la température globale, des précipitations, de la végétation,... rectangle vert).

La réponse du système climatique engendrant des processus (losange gris de droite) qui agissent sur les paramètres influençant le climat en formant ainsi une boucle, ce sont les rétroactions (feedbacks).

Le losange gris de gauche représente les actions humaines visant à "mitiger" ou à diminuer les forçages anthropiques (réduction des émissions principalement).



 

toujours extrait du ch2 AR4, les différentes façons de définir le RF ainsi que la réponse climatique à l'équilibre (4ème à droite)


 

 


(extrait IPCC AR4 ch2)

Partager cette page

Repost0